Peintures anciennes et contemporaines

sur divers supports (toile, bois, cuivre, carton...)

 

Récolements (inventaires au sein des musées ou des collections privées) | Constats d'état |  Conservation préventive |Traitements de conservation et de restauration basés sur des techniques de restauration modernes (gels de solvants, savons de résines, solutions tampon...).

 

 

 

Diplômée de l'ENSAV La Cambre (Bruxelles).

Habilitée à travailler pour les musées, professionnels du marché de l'art, collectionneurs, antiquaires et particuliers.

 

 

Email : dupuyclaire@orange.fr

Tél : 0032 (0)473 56 14 79

N°TVA : BE0535.829.582

 

Disponible tous les jours sur rendez-vous.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publications et références

REVUE CEROART (publication scientifique) : http://ceroart.revues.org/2639

MUSEE GRAND CURTIUS : http://beauxartsliege.be/Relooking-d-un-portrait-de-Leonard-Defrance

WIELS : http://www.wiels.org/fr/3/290/Restauration-de-Pissing-Man-and-Pissing-Woman-de-Steinar-Haga-Kristensen-

PARCOURS PROFESSIONNEL, EXPERIENCE ET FORMATIONS : https://be.linkedin.com/in/claire-dupuy-7041a338

Mémoire de fin d'étude : Les solvants organiques neutres épaissis pour le nettoyage d'un couche picturale : Comparaison des acides polyacryliques et des éthers de cellulose comme épaississant des solvants organiques neutres et tentative d'amélioration de leur fabrication pour une application à l'oeuvre d'art ; ENSAV La Cambre Bruxelles ; DUPUY Claire ; 2010-2011.

 

 

 

Les solvants organiques neutres épaissis pour le nettoyage d'une couche picturale

 

Le nettoyage consiste à supprimer des agents extérieurs à l’œuvre apportés au cours du temps, dégradés et nuisibles à l’esthétique de l’œuvre. Il est régulièrement mis en œuvre par les restaurateurs, et ce depuis les débuts de la profession. À partir de la fin des années 1970, les éthers de cellulose font leur apparition en tant qu’épaississants de solvants appliqués sous forme de cataplasme pour le nettoyage des peintures murales. Progressivement, des scientifiques s’emparent des réflexions des restaurateurs pour introduire des agents épaississants novateurs principalement employés dans le domaine de la biochimie : un matériau acrylique (les acides polyacryliques) vient bousculer les techniques de nettoyage traditionnelles. C’est Richard Wolbers qui, en 1984 aux États-Unis, sera le premier à développer ce nouveau système. Il élabora son programme basé, entre autres, sur la technique des ‘solvent gel’. Ces composés, apportent de nouvelles possibilités au restaurateur : une mise en œuvre du solvant sous forme de compresse ou un travail au bâtonnet facilitant ainsi la solubilité de certains composés.

Ces réflexions ne s’arrêteront pas là puisqu’un Italien, Paolo Cremonesi, séduit par ce procédé de nettoyage, va contribuer à la diffusion et au développement de cette expérience des ‘solvent gel’ au sein de l’Europe. Il propose d’effectuer des tests de solubilité à l’aide d’une échelle basée sur trois solvants : la ligroïne, l’acétone et l’éthanol, moins toxiques que la majorité des solvants de restauration, et qu’il énonce comme faisant partit d’un « kit de base » pour le restaurateur. Il incorpore ces solvants aux composés épaississants de Wolbers.

Les avantages des solvants épaissis :

 

Par cette technique, les principaux objectifs recherchés par la communauté des restaurateurs sont les suivants :

 

  1. Préciser et contrôler la solubilisation des matériaux à retirer. L’épaississement limite la tendance du solvant liquide à pénétrer et à diffuser au sein des couches sous-jacentes pour le « maintenir » en contact avec la surface à nettoyer.

  2. Augmenter les possibilités au restaurateur de choisir un solvant adapté notamment par le mélange de solvants.

  3. Diminuer la toxicité pour le restaurateur et le danger pour l’œuvre.

  4. Un solvant épaissi présente un mode d’action propre à ses caractéristiques physico-chimiques. Il facilite le gonflement de la matière. Lorsque son utilisation est maîtrisée, nous observons . Il limite la lixiviation rencontrée régulièrement avec les solvants liquides.

L’évolution des techniques de restauration conduit à l’introduction de nouvelles méthodes et de nouvelles réflexions au service du nettoyage des couches picturales.

 

Ces méthodes nous permettent de travailler de manière précise et sélective sur le matériau altérant, afin d'assurer une bonne conservation et une bonne lisibilité de l'oeuvre.

 

C'est par soucis de préservation de l'intégrité des oeuvres que l'atelier juge important, dans le cas du choix d'un traitement de restauration, d'employer des techniques actuelles.